Digital Markets Act : l’Europe tapera sur les Gafam à partir de 2023

L’Europe va attendre un petit peu avant de tomber à bras raccourcis sur les géants du Net. Les nouvelles règles qui encadreront les activités de Google, Apple, Facebook et les autres n’entreront pas complètement en vigueur avant 2023.

Bruxelles prend un peu de temps pour souffler. Alors que les institutions européennes viennent de donner leur ultime feu vert à la mise en place du Digital Markets Act (DMA), il va maintenant se passer une petite année avant que les effets de ces nouvelles se fassent sentir.

Des défis logistiques pour les Gafam

Plus tôt dans l’année, Margrethe Vestager avait évoqué la mise en place potentielle des premières sanctions à partir d’octobre 2022. Dans un entretien plus récent, le commissaire européen à la concurrence a plus prudemment évoqué 2023. »Le DMA entrera en vigueur au printemps prochain et nous nous préparons à l’appliquer dès que les premières alertes nous parviendront“, une explication du responsable. Un retard dû aux nombreux défis logistiques que va poser ce texte.

Le DMA considère effectivement de nouvelles règles très ambitieuses. Sous ce nouveau régime légal, il sera interdit de croiser des données personnelles sans le consentement des internautes, il sera obligatoire d’offrir un mécanisme de portabilité des données ou encore de permettre la désés. En cas de non-respect de ces règles, les entreprises visées pourraient risquer une amende allant de 6 à 20 % de leur chiffre d’affaires mondial. De quoi forcer les géants du Web à bouger et à s’adapter.

Une mise en place rapide malgré tout

Selon Margrethe Vestager, la Commission européenne devra aussi prendre le temps de mettre ses pions en place. “Il s’agit d’embaucher du personnel. Il s’agit de préparer les systèmes informatiques. Il s’agit de rédiger de nouveaux textes juridiques […] Nos équipes sont actuellement occupées à tous ces préparatifs et nous pouvons mettre en place les nouvelles structures très prochainement“, a détaillé le responsable. Même avec ce léger retard, le DMA reste une des législations du secteur ayant fourni de l’adoption la plus rapide.

Pour rappel, le règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) a fait l’objet de négociations pendant quatre ans avant sa mise en place définitive. Le DSA et le DMA ont été mis sur les rails fin 2020. Parvenir à passer de la théorie à la pratique en moins de trois ans relève d’un petit miracle pour la Commission européenne. “La vitesse à laquelle le débat a basculé de la question antitrust à celle d’une réglementation complète est assez extraordinaire“, a pointé le commissaire à la concurrence. Une preuve que la nécessité de réguler les géants du Net fait pratiquement consensus aujourd’hui.

Publicité, votre contenu continuer ci-dessous

Publicité, votre contenu continuer ci-dessous

Leave a Comment