Décrochez un job d’été à la dernière minute

Bien sûr, on vous dira toujours que la meilleure période pour commencer à postuler à un job d’été reste le début du printemps, en mars ou avril. Mais il ne faut pas croire que le début du mois de juillet a déjà produit, vous n’avez aucune chance de trouver quelque chose pour l’été. Comme vous, certains employeurs peuvent s’y prendre tard, voire avoir des besoins au dernier moment. “À la dernière minute ou bien en amont, les secteurs qui recrutent sur cette période restent les mêmes”, confie d’ailleurs Julien André, directeur emploi de Vivastreet.

Quels sont-ils, justement, ces secteurs ? Il y a d’abord le commerce et la vente, avec des opportunités dans les magasins de détail, “sur des postes face à la clientèle, mais aussi en back office pour remplacer des coopérateurs partis en vacances, ou encore réaliser des invent.” Il y a ensuite les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, “où les besoins se concentrent dans des restaurants traditionnels et des fast-food, pour l’aide en cuisine ou la plongée”.

>> A lire aussi – Lettre de motivation pour un emploi d’été : un exemple gratuit

Comptez aussi sur l’agriculture et le maraîchage. Période des récoltes oblige, “l’activité consiste à ramasser des fruits et des légumes”. N’oubliez pas, non plus, le secteur socio-culturel, “on peut toujours trouver des postes à la dernière minute dans les colonies de vacances ou les centres de loisirs”.

>> À lire aussi – Job d’été : chômage, impôts, arrêts maladie… Tout ce que vous devez savoir

Maintenant que vous avez les secteurs où postuler, encore faut-il réussir à se différencier face au flot de candidatures qui inondent les boîtes mail des recruteurs à cette période. Mais un commentaire ? « Premier conseil, ne vous contentez pas de sillonner les annonces présentes sur internet. Faites du porte-à-porte, cartographiez les lieux qui vous intéressent et lancez-vous ! Ce sera une preuve supplémentaire de votre motivation pour les entreprises », insiste Julien André. Attention tout de même : n’y allez pas les mains dans les poches. “Rien ne sert de porter un costard-cravate, mais le recruteur fera attention à votre tenue. Ce n’est pas parce que c’est l’été qu’il faut totalement se relâcher ! ».

Même choisi pour le CV. Un minimum de claté et de respect de la syntaxe française s’impose. « Tenez-vous à des envois quotidiens pour maximiser vos chances de trouver rapidement un emploi. Et surtout, n’oubliez pas de faire des croix sur des secteurs qui vous intéressent moins : vous vous y prenez tard, donc il y a moins d’offres. Plus vous élargissez votre champ de recherche, plus vous aurez d’opportunités, c’est statistique”.

N’acceptez pas de travailler “au noir”

Rassurez-vous, si vous n’arrivez vraiment pas à trouver, il y a toujours des solutions de secours. « Je recommande notamment les plateformes spécialisées dans la livraison, comme Deliveroo. Elles recrutent toute l’année et auront toujours du travail à vous proposer, qui seront rémunérées seront moins avantageuses et les postes surtout concentrés dans les grandes villes”, poursuit Julien André. En revanche, même si vous êtes en galère, évitez de céder aux sirènes du travail “au black” et autres propositions de travail pas très nettes : vous pourriez avoir de mauvaises surprises, comme par exemple être de payé de çé

Pour aller plus longe – Jobs d’été : ce qu’il faut faire pour qu’ils valident des trimestres de retraite

>> Nouveau ! Ne ratez aucun article important de Capital.fr en vous abonnant à nos alertes. Cliquez sur la cloche rouge en bas à droite de cet écran (uniquement sur ordinateur et smartphones Android).

Leave a Comment