Vers une année record dans le secteur des jobs étudiants

Les jeunes veulent travailler, qui pour payer son kot, qui pour sortir de l’isolement du confinement. Les sociétés d’intérim voient une progression de 5 à 10%


Article réservé aux abonnes

Journaliste de la cellule wallonne


Temps de lecture : 4 min

Les jeunes recherchent aujourd’hui à la fois un emploi qui sera bien payé et qui ne demande pas trop d’effort, mais aussi un emploi qui va leur plaire. Cette année, la demande est sans conteste plus importante. Les jeunes ont besoin de payer leurs études ou leur kot, leurs vacances ou retrouver une vie sociale après une longue période de confinement. »

Infor-Junes a connu au premier trimestre un doublement de la consultation de ses pages consacrées aux jobs étudiants. Selon Pierre Targnion, le porte-parole, les demandes se portent le plus vers la grande distribution, l’industrie et l’horeca : « Même si on constate un petit traumatisme dans ce dernier secteur où, pendant la crise sanitaire, beauscoup de jeune se sont retrouvés du jour au lendemain sans revenus car congédiés, sans compensations. C’est resté dans les mémoires dans un secteur déjà pas facile pour ses horaires. »




Cet article est réservé aux abonnés

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et rapports de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Leave a Comment