AgroParisTech : des étudiants dénoncent les jobs promus par leur école !

Les étudiants de l’AgroParisTech profitent de leur remise des diplômes pour dénoncer les jobs promus par leur école. On vous en dit plus.

Ils rêvent d’une vie différente. Des étudiants de l’AgroParisTech dénoncent les jobs promus par leur école. MCE TV vous donne plus de détails.

Une remise de diplôme engagée

La remise de diplôme des étudiants de l’AgroParisTech n’est pas passée en aperçue. En effet, certains, étudiants ont profité de l’occasion pour faire entendre leur voix.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces jeunes, fraîchement diplômés, en ont sur le cœur. Les étudiants de l’AgroParisTech ont dénoncé dans leur discours les métiers promus par leur école.

Dans une vidéo publiée le 10 mai dernier, les jeunes étudiants poussent un coup de gueule contre « une formation qui pousse à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours ».

Ils refusent ainsi tous les « métiers destructeurs » que leur école leur propose. Et vont même encore plus loin en interpellant leurs camarades. En effet, ils souhaitent que ces derniers rejoignent leur cause pour mener des luttes écologiques. Et surtout faire face à l’urgence climatique.

Il faut savoir que l’AgroParisTech compte plus de 2 200 étudiants. Des apprentis, des doctorants et de nombreux élèves internationaux. Le groupe compte aussi une dizaine de centres, dont deux dans la capitale française.

Quant à son réseau d’alumni, il est riche de 18 000 contacts. Mais aujourd’hui, les jeunes qui ont terminé leur cursus à l’école font l’objet d’une prise de conscience générale.

C’est donc pour ça qu’ils ont choisi de faire entendre leur voix lors de leur remise des diplômes. On vous donne plus de détails sur ce coup de gueule qui a fait couler beaucoup d’encre.

« Ces jobs sont destructeurs »

dans leur discours, les jeunes étudiants de l’AgroParisTech dénoncent des destructeurs d’emplois. « Formulaire AgroParisTech chaque année des centaines d’élèves à travailler pour l’industrie de diverses manières » expliquent d’abord les diplômés.

« Trafiquer en labo des plantes pour les multinationales qui renforcent l’asservissement des agricultrices et des agriculteurs. Concevoir des plats préparés et ensuite des nourris pour soigner les maladies engendrées. Ou encore compter des grenouilles. Et des papillons pour que les bétonneurs puissent les faire disparaître légalement. » expliquent-ils.

« Ces emplois sont destructeurs et les choisir, c’est nuisible en servant les intérêts de quelques-uns. » ont-il enfin dénoncé. Ce que les jeunes regrettent le plusc’est que leur école leur a présenté ces contenus tout au long de leur cursus à AgroParisTech.

« À vous qui trouvez souvent que ce monde est fou. Qui avez envie de faire quelque chose a choisi. Mais ne savait pas trop quoi ? Nous voulons vous dire que vous n’êtes pas les seuls. » déclarant les jeunes étudiants. Avant d’annoncer qu’ils ont « décider de chercher d’autres voies, [leur] propre chemin. »

Enfin, ils semblent aussi inquiets pour leur avenir et notamment leur future famille. « N’attendons pas que nos mômes nous demandent des sous pour faire du shopping dans le métavers. Car nous ne les aurons pas fait rêver à autre chose. » ont-ils conclu.

Les jeunes étudiants appellent ainsi leurs camarades à ne pas perdre leur temps. « À vous de trouver vos manières de bifurquer. » Ce discours fort et engage ne manquera pas de faire réagir les étudiants. Il pousse en effet à la réflexion. Affaire à suivre.

Leave a Comment