Alors que les cyberattaques se poursuivent, les législateurs de l’Alaska envisagent des millions pour la défense

JUNEAU — Le 22 mars, le commissaire du ministère du Revenu de l’Alaska a été convoqué à une réunion spéciale pour discuter d’un problème : la division des dividendes du Fonds permanent était attaquée.

En peu de temps, plus de 800 000 tentatives ont été faites pour entrer dans les systèmes de la division, qui sont chargés de payer le dividende annuel aux Alaskiens. La division a fermé ses ordinateurs, les pare-feu du département ont été maintenus et “aucune donnée d’Alaskan n’a été consultée”, a déclaré Anna MacKinnon, directrice de la division.

“Notre système a repoussé, comme il se doit, l’assaut contre notre système”, a-t-elle déclaré vendredi.

L’attaque n’était que la dernière à affliger les systèmes informatiques exploités par l’État de l’Alaska. L’année dernière, l’État Ministère de la Santé et des Services sociaux et le système judiciaire de l’État ont été attaqués en ligne. Les ordinateurs du système judiciaire ont été désactivés pendant des jourset 11 mois après l’attaque du DHSS, certaines des ressources en ligne de ce service sont toujours hors ligne.

En réponse à ces incidents et à d’autres, les législateurs des États envisagent des millions de dollars supplémentaires pour la défense de la cybersécurité. Dans son projet de budget de décembre dernier, le gouverneur. Mike Dunleavy a demandé des millions de financement supplémentaire :

* 5,4 millions de dollars de plus pour l’Office des technologies de l’information de l’État, une grande partie de cette augmentation étant consacrée à l’amélioration de la sécurité ;

* 1,9 million de dollars pour une évaluation de la sécurité informatique au DHSS ;

* Financement pour mettre à niveau le logiciel de sécurité du système judiciaire, y compris la sécurité autour de son système de preuve numérique ;

* Nouveaux postes de sécurité à la Division des élections et à l’Alaska Permanent Fund Corp. ; et

* La capacité d’accepter et de distribuer 9 millions de dollars en subventions de cybersécurité financées par le gouvernement fédéral aux gouvernements locaux.

Le budget contenait également des mises en garde sur le coût du non-financement de ces éléments. Il y avait une demande distincte de 2,4 millions de dollars pour traiter les arriérés au DHSS causés par la cyberattaque de l’année dernière.

La Maison de l’Alaska a approuvé toutes ces demandes lorsqu’elle a adopté sa version du budget de fonctionnement de l’État la semaine dernière, selon des documents de modification publiés par la Division des finances législatives.

représentant Adam Wool, D-Fairbanks, est le président du sous-comité qui a rédigé le budget du ministère du Revenu et a déclaré que les menaces pesant sur l’agence “n’étaient pas hypothétiques”.

Le département a demandé 2 millions de dollars de financement supplémentaire pour reconstruire le logiciel derrière le processus de demande de VFI et a déclaré au sous-comité qu’il disposait des informations d’identité personnelles “pour 2 millions d’Alaska actuels et passés”.

Lors d’un briefing à huis clos en février, le sous-comité a entendu des détails sur les menaces de cybersécurité auxquelles l’agence est confrontée. Wool a refusé de dire ce qui avait été discuté, mais a déclaré que c’était convaincant. La demande de 2 millions de dollars a été adoptée par son sous-comité et la Chambre dans son ensemble.

Le budget est maintenant entre les mains du Comité sénatorial des finances, où Sen. Bert Stedman, R-Sitka est le co-président. Une nouvelle version du budget prévu du Sénat sera publiée la semaine prochaine, a-t-il déclaré, mais il ne prévoit aucun désaccord avec le financement de la cybersécurité.

Les législateurs du Sénat peuvent tenir une réunion à huis clos sur le sujet.

“Nous savons qu’il y a une enquête constante sur presque toutes les institutions financières ayant un portefeuille important aux États-Unis, nous essayons donc simplement de renforcer nos défenses sans dire aux méchants ce que nous faisons”, a-t-il déclaré.

Leave a Comment