vHive lève 25 millions de dollars de série B pour la solution logicielle Digital Twin

vHive, qui a développé une solution logicielle permettant aux entreprises de déployer des ruches de drones autonomes pour créer des jumeaux numériques de leurs actifs, a annoncé mardi avoir obtenu un financement de série B de 25 millions de dollars. Le cycle de financement est mené par le PSG, avec les anciens investisseurs Octopus Ventures et Telekom Innovation Pool (TIP), le fonds d’investissement stratégique de Deutsche Telekom conseillé par DTCP, participant également au cycle. La société a levé un total de 36,5 millions de dollars à ce jour. StageOne Ventures, qui a investi dans la société par le passé, n’a pas participé au tour de table actuel.

vHive a été fondée en 2016 par le PDG Yariv Geller, ancien vice-président marketing de Comverse, et le directeur technique Tomer Daniel, ancien architecte de développement logiciel chez Intel. La société a son siège social à Herzliya et emploie au total 30 personnes. Deutsche Telekom, SBA, Phoenix Tower International et Bechtel font tous partie de ses clients.

La plate-forme logicielle de vHive permet aux organisations de capturer de manière autonome des données à l’aide de drones pour créer des jumeaux numériques de leurs actifs, tels que des tours cellulaires, des grues et des structures. Ses algorithmes d’IA et de vision par ordinateur ont été construits sur des données complètes et une expérience pratique sur le terrain. En connectant le monde physique et le monde numérique, vHive offre aux entreprises une nouvelle façon de transformer numériquement leurs actifs sur le terrain, d’accéder visuellement aux informations et d’obtenir rapidement des informations commerciales exploitables.

Les entreprises de drones n’ont souvent pas répondu aux attentes des investisseurs en raison d’un modèle commercial défaillant. Geller en est bien conscient et a expliqué que cela a conduit l’entreprise à faire des pas en avant mesurés et à ne pas lever des sommes massives qui l’auraient laissée dans une position difficile pour répondre aux attentes.

“Nous avons vu comment d’autres entreprises se sont effondrées et nous avons préféré être spéculatifs”, a déclaré Geller. « Nous avons développé une solution axée sur la capture autonome des données du terrain. Nous avons compris que nous devions nous concentrer sur une verticale spécifique, nous avons donc sélectionné l’industrie des télécommunications et principalement les tours cellulaires, dont des millions sont actuellement réparties dans le monde. Nous en couvrons déjà des milliers.

PSG est une société de capital de croissance qui s’associe à des sociétés de logiciels et de services technologiques pour les aider à naviguer dans une croissance transformationnelle, à capitaliser sur des opportunités stratégiques et à constituer des équipes solides. Fondé en 2014, le PSG a soutenu plus de 95 entreprises et facilité plus de 375 acquisitions complémentaires. Elle opère à partir de bureaux à Boston, Kansas City, Londres, Paris, Madrid et Tel Aviv.

Leave a Comment