Cinq conseils pour trouver son job d’été – La course aux jobs d’été est induite

  • 1 Quand chercher ?
  • Mars et avril sont les mois idéaux pour trouver son job d’été. Il suffit de voir le nombre de forums de l’emploi qui se déroulent en ce moment. « Plus le temps passe et moins on aura le choix », relève Flavien Chantrel, directeur éditorial d’HelloWork. « Selon les secteurs d’activité, certaines entreprises commencent à planifier leur recrutement et à diffuser leurs offres. Ne loupez pas le coche », confirme lance Carine Boutec, responsable du point Info Jeunes de Lorient.

  • 2 ou chercher ?
  • Forums, job-dating, réseaux sociaux, Pôle emploi, sites de recrutement… la recherche d’un job d’été peut virer au parcours du combattant. Avant de passer des heures sur internet à parcourir les nombreuses offres et d’envoyer votre CV à droite à gauche, il est conseillé de se renseigner tout d’abord auprès de son entourage. « 80% des emplois d’été se trouvent via le réseau relationnel » rappelle Cyrille Besson, responsable du Bij (Bureau information jeunesse) de Vannes. « Il faut donc communiquer un maximum autour de soi », ajoute-t-il. « Utilisez votre réseau relationnel et faites des candidatures spontanées », renchérit Flavien Chantrel.

  • 3 Faut-il rédiger un CV et une lettre de motivation ?
  • “Oi ! Et même si on n’a aucune expérience. On ne peut pas se contenter de donner un petit papier avec son nom, son numéro de téléphone ou d’un contact direct », lance Flavien Chantrel. « Il faut mettre en avant ses loisirs, ses passions. Les études que l’on suit sont également un élément précieux pour l’employeur. Les éléments en lien avec l’emploi pour lesquels on postule doivent figurer. Cela peut faire pencher la balance », ajoute-t-il. « Quant à la lettre de motivation, elle porte bien son nom. Et finalement, lorsqu’on cherche un job d’été et qu’on a peu d’expérience ou de qualification, c’est important de montrer qu’on est sérieux et motivé »

  • 4 Quelles sont les erreurs à éviter ?
  • 1. Croire qu’un travail d’été, c’est plus facile et le prendre l’exercice à la légère. « Il faut jouer le jeu à fond, depuis la rédaction du CV jusqu’à l’entretien d’embauche, où il faudra bien se tenir et parler correctement. Ce sont des conseils basiques mais qui restent primordiaux. Enfin, ces règles s’appliquent évidemment pendant la mission».

    2. Être trop restrictif dans se recherches. « Si on choisit un secteur bouché, uniquement en lien avec ses futurs envies professionnelles, on risque de ne rien trouver », relève Flavien Chantrel. « Il faut trouver le juste équilibre entre ses envies et le besoin de travailler », ajoute-t-il.

    3. Se méfier des jobs sans contrat. C’est tentant mais c’est risqué, rappelle le directeur éditorial d’HelloWork. « Tout travail nécessite un contrat. C’est une garantie d’engagement, d’un salaire, de conditions décentes », insiste-t-il.

  • 5 Vu le contexte, un candidat peut-il imposer ses conditions ?
  • ” Non. Un employeur privilégiera toujours un motif saisonnier et disponible sur une longue période. Ce qui évite de former les candidats à plusieurs reprises », estime Flavien Chantrel. Malgré tout, « il y a un peu plus de souplesse chez certains clients. Si vous entamez votre troisième saison chez un restaurateur et qu’il est satisfait de votre travail, ce sera peut-être possible d’obtenir son week-end des Vieilles Charrues. Mais il faut savoir rester raisonnable ».

    Leave a Comment