Management Books Review : balises et repères pour penser et éclairer cette nouvelle année…

Trois ouvrages viennent à point nommé, en ce début d’année, nous offrent des perspectives éclairantes et bienvenues.

Réseaux. les nouvelles règles du jeu, les comprendre, les identifierpar Christophe Assens, VA Éditions, 2021, Versailles.

Le professeur Assens est assurément l’un des meilleurs spécialistes des réseaux. Dans cet ouvrage, il nous invite à nous focaliser sur la voie de la collaboration au sein des réseaux au sens où ils s’imposent comme “un nouveau mode de communication, de socialisation, et d’éducation capable de créer et de répartir les richesses en dehors des règles du marché”. C’est avec ces derniers termes que cette invitation prend tout son sens, dans la mesure ou l’auteur prône délibérément une troisième voie, autre que l’État et le marché. Les réseaux s’imposent alors comme pour parvenir à réconcilier les valeurs de liberté et de solidarité.

Pour étayer ses propositions optimistes, l’auteur apporte une foule d’illustrations dans des domaines et des secteurs très variés, que nous laissons aux futurs lecteurs, le plaisir de découvrir, rendant pour et avec le con coupinal sessists.

Lire le management autrement. Le jeu des dispositifs, par Patrick Gilbert et Nathalie Raulet-Croset, Management et Société, 2021.

Dans cet ouvrage, particulièrement fouillé et bien écrit, les deux auteurs proposent une entrée quelque peu décalée au regard des productions académiques ou généralistes traditionnelles, alimentées par des illustrations bienvenues. S’appuyant sur la notion centrale de “dispositif de gestion” (1), chère à Patrick Gilbert, ils proposent un dépassement salutaire permettant de repenser la discipline des “sciences de gestion” (comme le positionnement du chercheur aux cotes des praticiens dans cadre de recherches collaboratives).

Puis en présentant les notions d’organisation et d’institutions, structurant pour l’analyse des dispositifs, ils en viennent à cadrer cette notion au regard de ses caractéristiques clés en dynamique. Parmi celles-ci nous retiendrons le “parler gestionnaires” (et singulièrement celui qui parle des dirigeants), ainsi que “l’ancrage spatial et territorial”. Dans CE Derniers Cas, Les Auteurs Montrent, Que Cet Ancreage, De Par Son Appropriation, Est susceptible d’interagir au sein des dispositifs. L’analyse de leur agence permettant de mettre en exergue leur dynamique, permettant ainsi un éclairage pertinent. Une approche assuréement originale et particulièrement bienvenue.

(1) Définit ici comme « un arrangement, provisoire et évolutif entre des éléments matériels et des idées, en vue de réguler des actions collectives ».

A la recherche du lien social perdu. Vivre et travailler ensemble au XXIème sièclePar Dominique Turcq, L’Harmattan, 2021, Paris.

Le titre de l’ouvrage, dense et robuste est assurément bienvenu. Sa lecture étayée, à contrecourant d’une tendance dominant, ne pouvant que confirmer cela. Pour Dominique Turcq, l’épuisement de la société digitale, source de raréfaction croissante des contacts humains, ouvra la voie à cette « révolution des nouvelles proximités » interactives, qui selon lui se intercompose singulièrement. Proximités nécessairement plurielles : sociales, idéologiques, spirituelles, intellectuelles, etc., en lien et en résonnance avec les défis climatiques. les dérives associées à l’usage des technologies numériques.

Une nouvelle économie est ainsi en émergence dans le cadre de ce « nouvel anormal » générateur d’emplois de proximité et de services à un sens imposant, un nouvelle affaire au coeur de ce qui deviendrait un “nouveau normal”. Un ouvrage à coup sûr, bien inspirant et réussi.

Jean Pierre Bouchez

Créateur de Planet [email protected]

Directeur de recherche à l’université de Paris-Saclay

(Laboratoire Laréquoi)

<<< À lire également : L’entreprise : un levier clé de la transformation sociétale >>>

Leave a Comment