10 vérités troublantes sur la malédiction des peintures du garçon qui pleure

Une série de portraits, surnommée les peintures Crying Boy, met en scène un jeune gueux aux grands yeux qui rencontrent les spectateurs pour établir une connexion instantanée. Accompagné de larmes fraîches coulant sur son visage, l’expression de désespoir parfaitement capturée évoque une forte réaction émotionnelle. L’image a été conçue pour toucher le cœur de ses téléspectateurs, et c’est exactement ce qu’elle a fait.

La série Crying Boy est devenue célèbre au Royaume-Uni et dans d’autres parties du monde, avec des milliers d’impressions achetées et exposées dans les maisons et les entreprises. Cependant, lorsque des événements terrifiants ont accompagné les peintures, beaucoup ont commencé à se demander s’il y avait quelque chose de sinistre qui leur était attaché. Des rumeurs se sont répandues sur une malédiction si diabolique qu’elle a détruit son sujet et son créateur et endommagé les maisons et la vie de quiconque achetait l’une des estampes. Les sceptiques, en revanche, ont fourni d’autres explications. Beaucoup semblent avoir une opinion sur cette histoire, de la légende urbaine et un mythe maudit à l’hystérie médiatique et une offre pour vendre plus de journaux.

Décidez ce que vous pensez de la malédiction après avoir entendu ces dix faits troublants sur les peintures de Crying Boy.

En rapport: Top 10 des articles ménagers maudits et hantés

dix L’artiste a utilisé un pseudonyme

Les tableaux Crying Boy ont été signés par Giovanni Bragolin, un peintre italien qui n’existe pas vraiment. Le véritable artiste était un peintre espagnol du nom de Bruno Amadeo, même s’il était également connu pour passer parfois par Franchot Séville. Amadeo était l’un des artistes les plus mystérieux du milieu des années 1900. Il a peint plus de 60 portraits dans sa collection Crying Boy des années 50 à 1980, chacun étant imprimé, réimprimé et largement distribué à travers des productions de masse. Les tirages sont devenus très populaires, avec plus de 50 000 exemplaires achetés rien qu’au Royaume-Uni.

La série Crying Boy était la seule œuvre d’art d’Amadeo à avoir connu le succès. Cependant, c’était une épée à double tranchant pour Amadeo car les images – illustrant l’horreur, la souffrance, le désespoir et le désir des innocents – ont également suscité des spéculations d’abus. Beaucoup se sont demandé si Amadeo “les effrayait spécifiquement, les terrifiait, puis les peignait”, certains allant même jusqu’à comparer Amadeo au diable lui-même.[1]

9 Le sujet était orphelin

Selon Amadeo, le sujet d’une de ses peintures était “un petit gamin des rues” qu’il a rencontré à Madrid dans les années 1960. Le jeune garçon était un orphelin muet à l’expression douloureuse qui captiva instantanément l’artiste. Amadeo s’était arrêté pour peindre l’enfant lorsqu’un prêtre catholique est venu lui donner un avertissement sévère. Il a dit que le garçon, nommé Don Bonillo, s’était enfui après avoir vu ses parents mourir dans un incendie.

Depuis lors, des incendies d’origine inconnue éclataient partout où le garçon allait. C’est arrivé avec une telle fréquence qu’on lui a donné le surnom de “Diablo”, qui se traduit par “diable”. Le prêtre a mis en garde Amadeo contre le fait que le prêtre ait quoi que ce soit à voir avec l’enfant. Cependant, le peintre l’a ignoré et a adopté le garçon. Il a ramené Don Bonillo chez lui pour vivre avec lui et a peint la série Crying Boy.[2]

8 Le studio et l’appartement d’Amadeo ont pris feu

La relation unique entre le peintre et son sujet de prédilection a soudainement pris fin lorsque l’atelier et l’appartement d’Amadeo ont mystérieusement pris feu. Il a tout perdu et, par conséquent, Amadeo a été ruiné. Il se souvint des avertissements du prêtre et accusa le garçon d’avoir déclenché l’incendie. Il l’a viré et n’a plus jamais revu Don Bonillo.

La situation a continué de s’aggraver pour Amadeo lorsque des informations sur la malédiction des peintures “Crying Boy” ont commencé à se répandre dans toute l’Europe. Sa renommée s’est rapidement transformée en suspicion et il est devenu connu comme un jinx. Personne ne voulait regarder aucune de ses peintures, et encore moins lui demander de peindre quelque chose de nouveau.[3]

7 Le sujet a-t-il subi une mort tragique ?

Malheureusement, la vie de Don Bonillo s’est terminée à peu près comme elle avait commencé : dans un brasier. En 1976, la police a répondu au rapport d’un accident de voiture dans la périphérie de Barcelone. La voiture a explosé après avoir percuté un mur. Lorsque les agents sont arrivés sur les lieux, ils ont constaté que le conducteur avait été brûlé au-delà de toute reconnaissance. Il était le seul dans la voiture au moment de l’accident.

Les policiers ont fouillé la boîte à gants, qui a survécu à l’incendie, et ont trouvé une partie d’un permis de conduire. Le nom sur le permis a révélé que la victime était Don Bonillo. Pour beaucoup, la manière fougueuse de sa mort a servi à ajouter de la validité à la malédiction de Crying Boy.[4]

6 Les empreintes ont survécu à plus de 60 incendies de maison

Le premier incendie de maison signalé s’est produit au domicile de Ron et Mary Hall à Rotherham en 1985. L’incendie a tout détruit au premier étage de leur maison mitoyenne du conseil, à l’exception d’un élément : une empreinte du Crying Boy accrochée à leur salon. mur. Pendant l’incendie, le tableau est tombé du mur, a atterri face contre terre et, étrangement, n’a été que légèrement carbonisé. Bien que la cause de l’incendie se soit avérée être une poêle à frire (poêle à frire) qui a surchauffé et s’est enflammée, le couple est devenu convaincu que la peinture était maudite et que c’était elle, et non la poêle, qui était à blâmer pour la destruction de leur domicile.

Les Halls n’étaient pas seuls dans leur expérience ou leur théorie. De nombreux incendies similaires ont suivi, avec des maisons et même une pizzeria, victimes de la malédiction. Malgré le départ de causes typiques, chaque incendie a laissé derrière lui une peinture de Crying Boy. La malédiction a évolué pour causer des blessures et la mort, certaines personnes signalant des accidents après avoir acheté l’impression. Beaucoup d’autres ont été horrifiés de constater qu’ils ne pouvaient pas le brûler lorsqu’ils ont essayé.[5]

5 Les pompiers ne parviennent pas à expliquer pourquoi les peintures n’ont pas brûlé

Les enquêtes des services d’incendie ont mis en évidence des cigarettes jetées, des poêles à frites surchauffées et un câblage défectueux, ce qui a amené les pompiers à croire que les incendies de maison résultaient de la négligence humaine plutôt que d’une malédiction surnaturelle. L’officier de la caserne de pompiers de Rotherham, Alan Wilkinson, a personnellement enregistré 50 incendies où les peintures de Crying Boy ont survécu. Wilkinson était sceptique mais n’a pas pu expliquer comment les œuvres d’art ont survécu aux flammes. Sa femme, en revanche, avait sa propre théorie : “Je dis toujours que ce sont les larmes qui éteignent le feu.”

L’incrédulité de Wilkinson envers la malédiction ne l’a pas sauvé de certaines superstitions. Lorsqu’on lui a présenté une copie encadrée du Crying Boy à sa retraite, il a poliment refusé le cadeau. La panique généralisée a finalement conduit le chef divisionnaire Mick Riley du service d’incendie du Yorkshire à publier une déclaration visant à démystifier la malédiction. “La raison pour laquelle cette image n’a pas toujours été détruite dans l’incendie est qu’elle est imprimée sur un panneau dur à haute densité, qui est très difficile à enflammer.” Sa déclaration n’a guère convaincu le public. Ni le fait que les peintures étaient souvent d’enfants différents et même d’artistes différents.[6]

4 Un article d’un tabloïd britannique a déclenché tout le tapage

Le 4 septembre 1985, les peintures de Crying Boy ont reçu la première de ce qui allait être six semaines de couverture médiatique avec un article intitulé “Blazing Curse of the Crying Boy”. Publié à la page 13 par un tabloïd britannique appelé Le soleil, il détaillait l’expérience déchirante des récentes victimes d’un incendie de maison : Ron et Mary Hall. Un article de suivi du 5 septembre a apporté de nouvelles histoires terrifiantes de lecteurs qui prétendaient être victimes de la malédiction.

En plus des incendies, des blessures et des décès, certains récits incluaient des événements surnaturels, les lecteurs alléguant avoir vu l’impression se balancer d’un côté à l’autre sur le mur ou qu’elle était revenue à sa place après avoir été détruite. Le soleil a également affirmé que les pompiers croyaient à la malédiction, malgré les déclarations contradictoires des pompiers. Les lecteurs ont été captivés. En raison d’un large public, la prise de conscience de la malédiction “Crying Boy” s’est propagée très rapidement. Le Sun attisé les flammes-sans jeu de mots-avec des articles supplémentaires, chacun plus sensationnel que le premier. À la fin du mois d’octobre, la panique a atteint un niveau record et beaucoup se sont tournés vers Le soleil pour une réponse.[7]

3 Les peintures ont été brûlées dans un feu de joie collectif

Celui du soleil Le rédacteur en chef Kelvin MacKenzie, crédité comme le père du «Crying Boy», a été celui qui a maudit l’annonce: «Assez, c’est assez, les amis. Si vous êtes inquiet au sujet d’une photo de Crying Boy accrochée dans votre maison, envoyez-la nous immédiatement. Nous le détruirons pour vous – et cela devrait voir le dos de toute malédiction. Bientôt, le bureau de la rue Bouverie de Le soleil a été envahi par les peintures de Crying Boy “empilées à douze pieds de haut dans la salle de rédaction, débordant des placards et remplissant entièrement une salle d’interview peu utilisée”. Les lecteurs avaient envoyé environ 2 500 exemplaires de l’impression au total.

MacKenzie a dû se démener pour trouver une solution pour détruire toutes les peintures. Il a finalement décidé de les brûler dans un feu de joie de masse près de la Tamise. Lors d’un événement très médiatisé à Halloween, les peintures ont brûlé sous la surveillance des pompiers. Le soleil a publié un article avec le titre “Crying Flame!” qui prétendait que la malédiction était dissoute une fois pour toutes. Il a offert aux lecteurs une citation rassurante de l’un de ses chaperons de police, “Je pense qu’il y aura beaucoup de gens qui pourront respirer un peu plus facilement maintenant.”[8]

2 Les matériaux peuvent avoir quelque chose à voir avec cela

Après le feu de joie de masse, les discussions sur la malédiction se sont tues mais n’ont jamais vraiment disparu. L’écrivain et comédien britannique Steve Punt enquêter sur la série Crying Boy dans une production de “BBC Radio 4” appelée “Punt Pi” quelques années plus tard. Punt a Crying Boy photo, puis a été «inexplicablement retardé plusieurs fois vers sa destination», avant de tenter de graver l’impression avec le chercheur en construction Martin Shipp.

Les deux hommes ont trouvé qu’au-delà de la ficelle, l’œuvre ne brûlait pas vraiment. Punt et Shipp ont supposé qu’un vernis ignifuge était utilisé. Le test a également expliqué comment la ficelle tenant la peinture sur le mur brûlerait et la ferait tomber face contre terre sur le sol. Une autre enquête a suggéré que l’utilisation par Amadeo d’une plaque de compression pourrait également expliquer pourquoi elle était si difficile à graver.[9]

1 La malédiction est devenue une légende urbaine

Malgré les diverses tentatives pour démystifier la malédiction, les gens ont continué à y croire, ce qui l’a amenée à devenir une légende urbaine à part entière. Celui qui s’est élargi pour inclure des peintures de différents artistes. Par exemple, les portraits de l’artiste écossaise Anna Zinkeisen présentent de la même manière des filles et des garçons en pleurs et ont souvent été attachés à la malédiction “Crying Boy”. Saison 3, épisode 4 de “Bizarre ou quoi?” avec William Shatner a examiné la légende des peintures aussi récemment qu’en 2012. Différents groupes en ligne ont également fait leur apparition, comme le “Crying Boy Fan Club” néerlandais, mais beaucoup ont depuis disparu. Cependant, un forum sur le site Web des mystères inexpliqués est toujours ouvert à la visite. Vous pouvez également trouver parler de la malédiction sur les réseaux sociaux. Le 2 février 2022, Hanbury Arms Haunted Hotel & Museum a publié qu’il avait actuellement plusieurs Crying Boy peintures exposéesprouvant que cette légende urbaine n’est pas près de disparaître.

Les ésotéristes soutiennent que lorsqu’un artiste peint le portrait d’une personne, une partie de son âme est scellée sur du papier. Les gens ont créé de nombreuses légendes et traditions sur les peintures maudites, dont certaines magiciens noirs pourraient même sceller la personne elle-même ou lier sa vie au portrait. Dans le cas de ces peintures, les visages de ces enfants les reflètent : des yeux grands ouverts pleins de peur, de ressentiment, de désespoir, d’incompréhension. Le cœur du spectateur se brise en les regardant, il est donc tout à fait possible que l’image, après son achèvement, ait conservé cette énergie. Et à travers la peinture, ces petits modèles se sont vengés de ceux qui accrochaient leurs images chez eux. Mais ce n’est qu’une légende, non ?[10]

Leave a Comment